• Accueil
  • > Critiques
  • > Critique du roman « L’Antidote » pour le magazine « La Cause littéraire »

Critique du roman « L’Antidote » pour le magazine « La Cause littéraire »

Critique du roman « L’Antidote », Raffy Shart (Le Cherche-Midi, mai 2013) 

Ça commence par une narration des péripéties de Toby dans sa voiture, jeune écrivain à succès, un brin junkie sur les bords ; qui dégage comme un parfum des livres d’Irvine Welsh (Trainspotting, Glu). Puis d’autres personnages surgissent dans le décor, tous issus du milieu du cinéma anglo-saxon, et se retrouvent réunis autour d’une même égérie, Gloria. Ancienne actrice à succès, ancienne star bouillonnante du cinéma, ancienne figure du glamour, qui continue encore de captiver ses anciennes groupies par sa prestance et sa beauté que l’on imagine aisément, et qui vient de relancer sa carrière.

La mise en place du décor fait alors la part belle aux sept personnages, qui se remémorent leurs parcours, font le point sur ce qu’ils sont devenus après toutes ces années de séparation, refont un peu le monde à leur façon, et surtout, règlent leurs comptes.

L’auteur Raffy Shart est scénariste et metteur en scène de théâtre. Il s’est fait connaître en écrivant et mettant en scène la pièce Ma femme s’appelle Maurice, et en tant que coscénariste de Quasimodo d’El Paris. Sans détenir cette information au préalable, il transparaît tout au long de sa lecture que ce roman fait immanquablement penser à une pièce de théâtre : prépondérance de dialogues vifs, souvent comiques, parfois houleux ; scènes en huis clos. On imagine aisément les personnages du récit évoluer dans un décor de scène, et on pourrait facilement concevoir que ce livre fera l’objet d’une pièce.

Au regard de l’ambiance, on baigne du début à la fin dans une comédie acide à l’anglo-saxonne, tant par la forme (ambiance caustique, humour sarcastique) que par le fond (personnages anglais mis en scène dans une île anglo-normande). Tous les ingrédients d’une comédie noire à l’Anglaise sont présents dans ce livre… Excepté l’auteur.

Gloria, l’ancienne star, belle et charismatique, a convié ses six collègues dans son château pour relancer leur carrière, mais surtout, et cela leur est très vite révélé, pour les empoisonner. Telle est l’intrigue de l’histoire. Si l’antidote au poison qui agit sur les six anciens collègues tarde à venir, Raffy Shart a certainement trouvé un certain antidote à l’ennui et à la morosité. L’humour est présent du début à la fin, dans un style agréable, qui alterne dialogues aiguisés au parler franc avec descriptions plus littéraires. On passe d’une page à l’autre avec allégresse, sans être happé par l’ennui. Pas de longueurs, le récit avance à un rythme soutenu et donne envie de connaître la suite des événements. Un livre agréable donc, on l’aura compris, qui plaira aux amateurs de comédies noires comme aux amateurs de dialogues efficaces. Un livre qui donne le sourire, dans ce mois de Mai où le printemps tarde à venir.

 

Alexis Brunet

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

mmeazza |
Sur le chemin de la vie, Sy... |
L'âme libre des mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | audelhotelais
| BTS CGE CFM BTP Trappes
| Les nouvelle de la classe d...