Archive pour 'Critiques'

Critique du roman « Les Fuyants » pour « La Cause littéraire »

Les Fuyants, Arnaud Dudek (Alma Editeur)                                                                                                                                                                                                                                                        

Critique du roman

Quatre personnages. Masculins. Issus de la même famille, ils ne se sentent pas pour autant scellés par les liens du sang. Le premier, David, se donne la mort en avalant une bouteille d’insecticide. Son père Jacob, mis en retraite précocement, est littéralement happé par l’ennui et voit sa vie devenir quasiment vide. Son petit-fils, Joseph, est un geek qui sabote les sites internet d’extrême-droite. Simon, enfin, qui vient de mettre un terme à sa courte carrière d’athlétisme, rencontre une jeune femme dénommée Marie, dans un bar.

Les récits des quatre protagonistes s’alternent ; dans une continuité et une harmonie certaine, sans pour autant s’entrecroiser, du moins dans un premier temps. On suit avec plaisir les péripéties de Joseph, qui navigue entre son monde de forums virtuel, sa famille et son collège. On sourit des efforts de Simon pour séduire cette jolie jeune femme se sentant seule dans un bistrot malgré la présence de ses copines. On devrait également apprécier le récit des efforts de Jacob qui, malgré le vide abyssal tendant à caractériser sa nouvelle vie, tente obstinément d’y maintenir un cap, en essayant notamment de retrouver son fils qu’il n’a pas vu depuis des années. (Lire la suite)

Critique de l’essai « L’économie selon la Bible » pour « La Cause littéraire »

 

Critique de l'essai

« L’économie selon la Bible », Richard Sitbon, Editions Eyrolles, mars 2013

C’est une approche originale, du moins pour le grand public, que nous livre Richard Sitbon. En étayant son travail par celui de ses prédécesseurs, il nous apprend qu’un certain nombre d’économistes, théologiens, idéologues, ou simplement penseurs souhaitant œuvrer pour un monde meilleur, ont puisé la source de leur théorie dans l’étude de l’Ancien Testament ou du Talmud.

A travers une analyse du traitement de l’échange, de la notion d’intérêt, ou de la place de l’homme dans l’économie notamment, l’auteur entend nous démontrer peu à peu en quoi l’économie dans l’Ancien Testament tend à placer l’homme en son centre, ceci au dépend du tout profit, tout en gardant la valeur travail comme fondamentale. Une économie « solidariste », plus subtile que libéralisme sauvage, qui flirte avec la « décroissance » et dont les principes rappellent en de nombreux points l’Economie sociale et solidaire. Et son ministère évidemment. Car quels sont les piliers du « solidarisme », cette théorie macro-économique ? L’éducation, le groupe, le contrôle de la croissance, la régulation de la concurrence, un nouvel ordre social.

Critique du roman « La pirouette (Eduardo Halfon – Quai Voltaire) pour « La Cause Littéraire »

 

Critique du roman

« La pirouette », Eduardo Halfon, traduit de l’espagnol par Albert Bensoussan (Editions Quai Voltaire – mars 2013)

Un bijou, un joyau, ou encore une pépite, comme on dit. Ce court roman de l’écrivain guatémaltèque, Eduardo Halfon, flirte avec le merveilleuxosons le mot. Et pas besoin de parcourir la revue de presse globalement dithyrambique envers cet ouvrage au préalable. Pour en être convaincu, et surtout pour le ressentir, mieux vaut encore le lire.

Résumons le contexte : lors d’un festival de musique dans la ville baroque d’Antigua, Eduardo et Lia, jeune couple de Guatémaltèques, font la connaissance de Milan Rakic, un pianiste serbe surdoué. Pour Eduardo, cette rencontre produit l’effet d’une déflagration. Durant deux jours, Milan, éternel apatride, et Eduardo, professeur d’université, nouent une solide amitié. De retour à la vie quotidienne, Eduardo reçoit de Milan des cartes postales énigmatiques postées depuis différents endroits de sa tournée. Quand il reçoit une carte postale qui apparaît comme une carte d’adieu, Eduardo décide de partir à Belgrade à la recherche du pianiste.

(Lire la suite)

Critique du roman « L’Antidote » pour le magazine « La Cause littéraire »

Critique du roman « L’Antidote », Raffy Shart (Le Cherche-Midi, mai 2013) 

Ça commence par une narration des péripéties de Toby dans sa voiture, jeune écrivain à succès, un brin junkie sur les bords ; qui dégage comme un parfum des livres d’Irvine Welsh (Trainspotting, Glu). Puis d’autres personnages surgissent dans le décor, tous issus du milieu du cinéma anglo-saxon, et se retrouvent réunis autour d’une même égérie, Gloria. (Lire la suite)

mmeazza |
Sur le chemin de la vie, Sy... |
L'âme libre des mots |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | audelhotelais
| BTS CGE CFM BTP Trappes
| Les nouvelle de la classe d...